L'homme cognitif

Tue Nov 30 2010 18:40:32 GMT+0100 (Romance Standard Time), Jean Wemaëre

D’après Francis Wolff dans son ouvrage D’Aristote aux neurosciences, publié chez Fayard et commenté par Roger-Pol Droit dans le journal Le Monde du 12 novembre, il y aurait quatre figures de l’homme dans l’histoire de la pensée occidentale.

  • La première serait celle de l’homme rationnel qui avec Aristote utilise de façon organisée les mots et les concepts, ce qui devient le langage ou (Logos), et permet le raisonnement.
  • La seconde serait celle de l’homme frappé d’éternité par son âme qui reste uni à son corps, ou l’homme tourné vers Dieu qui vit par les cathédrales qu’il construit.
  • La troisième est celle où l’homme se tourne vers les autres et essaie d’analyser la société par les sciences humaines, les analyses relationnelles ou structurales. C’est l’homme « assujetti » au déterminisme historique ou à l’universalité des valeurs.
  • La dernière, ou l’actuelle, serait celle de l’homme « animal comme les autres » inscrit dans son évolution biologique, déterminé par son génome, instrumenté par ses neurones et porté par sa puissance cognitive. Après l’homme neuronal de Jean Pierre Changeux, voilà l’homme cognitif d’Annick Weil-Barrais. L’homme prend conscience que ce n’est ni le langage, ni son âme, ni le corps social qui sont premiers, mais d’abord son cerveau qui lui permet de percevoir, de communiquer, de mémoriser et d’apprendre. Cela ne détruit pas les autres approches, elles sont complémentaires, mais il apparait aujourd’hui que la priorité est donnée au cognitif.
    Pendant longtemps le fonctionnement du cerveau était une énigme. En le comprenant mieux grâce aux travaux entrepris depuis trente ans dans les sciences cognitives, on découvre sa place et mesure son importance. Issu d’une longue évolution naturelle, notre système neuro-endocrinien conditionne profondément nos capacités d’apprentissage, comme l’a montré Jean-Didier Vincent. Que notre cerveau traite de manière similaire les émotions liées au dégoût physique et au dégoût moral, par exemple, n’est pas sans suggérer des stratégies pédagogiques originales. C’est bien cette réflexion que nous essayons de faire partager avec les conférences de l’Institut DEMOS en partenariat d’abord avec la revue Sciences Humaines, puis avec le Collège de France, et notamment les travaux du professeur Berthoz sur la décision, ainsi que ceux de Christian Schmidt sur l’analyse neuroscientifique du comportement des traders. Alors l’homme cognitif donne au savoir son mode de fonctionnement et donc son opérationnalité. La photo « Neurons, In Vitro Color ! » est sous licence Creative Commons et disponible ici.
Suivez nous

Derniers articles
Faire face à la révolution des compétences
Tue Sep 11 2018 16:53:36 GMT+0200 (Romance Daylight Time)
De l’importance de rendre les Soft Skills éligibles au CPF
Wed May 02 2018 10:12:32 GMT+0200 (Romance Daylight Time)
Quand la formation s’invite à Davos !
Tue Feb 13 2018 16:48:43 GMT+0100 (Romance Standard Time)
Bravo à l’Oréal qui investit à fond dans la formation de ses collaborateurs.
Thu Dec 21 2017 14:28:55 GMT+0100 (Romance Standard Time)
Campus Entreprises pour former les jeunes aux métiers de l'industrie du futur
Mon Oct 23 2017 10:57:19 GMT+0200 (Romance Daylight Time)
L’alliance nécessaire entre capital financier et capital humain
Mon Sep 04 2017 15:03:07 GMT+0200 (Romance Daylight Time)
La formation : un secteur en pleine transformation !
Thu Jun 08 2017 16:47:28 GMT+0200 (Romance Daylight Time)
Urgence : Les compétences des actifs français dans la Chaîne de Valeur Mondiale
Tue May 23 2017 11:19:37 GMT+0200 (Romance Daylight Time)
Former, Former encore, Former toujours
Tue Feb 14 2017 18:44:03 GMT+0100 (Romance Standard Time)
Tags